Bienvenue


Le parc d'El Garraf et le parc d'Olèrdola


Le parc d'El Garraf et le parc d´Olèrdola forment les contreforts sud-ouest de la cordillère littorale catalane, à cheval sur les régions d'El Baix Llobregat, de L'Alt Penedès et d'El Garraf. Ils sont limitrophes de la vallée inférieure du fleuve Llobregat, de la Méditerranée et de la dépression d'El Penedès. Ensemble, ils totalisent 12 984 hectares (12 376 à El Garraf et 608 à Olèrdola).

Les deux parcs offrent un paysage rocailleux et agreste caractérisé par la pierre calcaire et sont parsemés de cavités souterraines, dolines et lapiaz. El Garraf présente une petite bande de grès rougeâtre, à l'extrémité orientale du parc, alors que la plaine qui entoure Olèrdola est occupée par les vignes. Les plus hauts sommets sont la Morella (594 m) et le Rascler (572 m), dans le cas d'El Garraf, et le Puig de l'Àliga (465 m), sur le plateau rocheux central qui singularise Olèrdola.

Ces deux espaces sont légalement préservés par des plans spéciaux de protection édictés par le Conseil de la province de Barcelone et définitivement approuvés par le Gouvernement catalan, en 1986 pour El Garraf et en 1992 pour Olèrdola. L'extension de ces deux parcs a permis de les relier entre eux et avec le parc voisin de Foix.

Le Conseil de la province gère ces deux espaces protégés en collaboration avec les onze communes qui en font partie et avec la participation de divers secteurs impliqués. Depuis 2002, le parc d'El Garraf est jumelé avec le Parco Naturalle della Maremma de la Toscane (Italie).

Le milieu physique


Le paysage que nous pouvons contempler à El Garraf et à Olèrdola présente un aspect aride, aux faibles reliefs et aux sommets arrondis ; les vallées sont profondes, aux versants escarpés, et les parois rocheuses de couleur gris blanchâtre. La quasi-totalité de ces deux massifs se compose de pierre calcaire qui, au contact de l'eau et de l'air, a donné lieu à des formations de type karstique : grottes, gouffres, dolines et lapiaz. La zone d´Eramprunyà est bien différente et se caractérise par des grès et conglomérats de couleur fauve qui constituent un paysage des plus abrupts. La situation côtière détermine un climat typiquement méditerranéen : rares pluies torrentielles au printemps et en automne et températures douces ; hivers tempérés et étés chauds et secs. Le paysage du parc d'Olèrdola ainsi que celui du parc d´El Garraf se distinguent par un fort caractère méditerranéen et témoignent d´une longue relation entre l'homme et le milieu.

La végétation


L'intense sécheresse estivale et la faible capacité de rétention d'eau des terrains calcaires conditionnent le développement de la végétation, caractérisée par un maquis dense, d´un à trois mètres de haut, où prédominent la garrigue ainsi que les lentisques et où poussent le palmier nain, le roseau et d´autres espèces d´origine africaine.
 
Plus à l'intérieur, le paysage se compose de chênes verts et de pinèdes de pin blanc, dont la plupart a été affectée par des feux de forêt et se trouvent actuellement en cours de régénération.
 
Les combes ou vallées fermées recèlent la végétation typique des forêts de chênes verts: chêne vert, buis, garance, chèvrefeuille ou laurier-tin.

La faune


Les dures conditions environnementales (forte insolation, manque d'eau, végétation pauvre et relief très abrupt) ont sélectionné les nombreuses espèces qui se sont établies et confèrent un intérêt particulier à la faune endémique qui peuple la contrée. Nous y trouvons ainsi la couleuvre de Montpellier, la couleuvre «fer à cheval», le traquet rieur, le traquet oreillard, le merle bleu, la fouine et le blaireau. La tortue méditerranéenne a été récemment introduite.
 
Les mares constituent les points clés de la vie de nombreuses espèces, surtout celles pour lesquelles l'eau est un élément incontournable du cycle vital, telles que les amphibiens et de nombreux invertébrés.
 
Le grand développement du système karstique a favorisé la présence d'animaux cavernicoles dont certains sont des espèces uniques au monde.

L'occupation humaine


Malgré l'aspect désolé et dépeuplé qu´offrent actuellement les massifs d'El Garraf et d'Olèrdola, ces derniers ont été très intensément et diversement exploités par l'homme au cours du temps.
 
À El Garraf, les dures conditions du milieu physique n'ont pas permis la construction de grands monuments. Les restes des châteaux d'Eramprunyà et d'Olivella illustrent la période des guerres frontalières contre les Sarrasins. C'est dans ce même contexte, mais plus tardivement, que les tours de la région côtière, isolées ou adossées à certaines fermes, témoignent du danger permanent provenant de la mer. La petite église d'Olivella constitue un bon exemple de l'art roman de la région.
 
L'architecture rurale des fermes marquée par les activités agricoles fréquemment liées à l'exploitation de la vigne (Can Marcer, Mas Quadrell ou Can Grau) ou à l'élevage des chèvres (Mas Maiol, El Carxol ou Vallgrassa) est la plus représentative d'El Garraf. Ces fermes sont souvent regroupées en de petites agglomérations de trois ou quatre unités, telles que Campdàsens ou Els Masets qui, dans le cas de Jafra, prenaient les dimensions d´un véritable village, aujourd'hui abandonné. Autres éléments caractéristiques de cette activité constructive : les innombrables murs de pierre sèche, les bergeries et les petites cabanes de la vigne.
 
Parmi ce patrimoine architectonique, il convient de relever quatre éléments particulièrement significatifs : El Celler Güell et La Pleta, oeuvres de l'architecte moderniste Berenguer ; l'hospice d´Olesa de Bonesvalls, l'un des exemples parmi les mieux conservés de l'architecture hospitalière médiévale et le singulier complexe du palais de Plana Novella, au beau milieu d'El Garraf.
 
C'est au XVIIIe siècle que s´opère un accroissement démographique notoire, accompagné d'une forte expansion de la culture de la vigne et du blé. L'épidémie de phylloxéra qui commença à sévir au cours du troisième quart du XIXe siècle viendra freiner la forte activité agricole d'El Garraf qui subsistera néanmoins jusqu'à nos jours à Olèrdola avec une présence significative de la vigne et des cultures sèches qui occupent une partie des terrains plats des vallées.
 
El Garraf a connu la prolifération d'un grand nombre d´activités (carrières, camps de tir, décharges, etc.) qui ont causé un impact important encore aggravé par des feux de forêt.

Le complexe monumental d'Olèrdola


La montagne d'Olèrdola constitue un beffroi naturel entre la plaine d´El Penedès et la côte et entre le nord et le sud de la Catalogne.
 
D'autre part, les falaises qui l'entourent en font un endroit idéal pour s'y réfugier durant les périodes d'instabilité. Il n'est donc pas surprenant que cette enclave ait servi de forteresse depuis l'époque préhistorique jusqu'au Moyen Âge, avec de longues périodes d'abandon lorsque l'occupation de la plaine ne présentait aucun risque.
 
Le noyau central d'Olèrdola et ses environs sont peuplés depuis le premier âge du bronze. Des peintures rupestres, de la céramique et des vestiges de l'industrie lithique en silex ont été découverts dans les petites vallées périphériques. Dans la vallée d'Olèrdola, aujourd'hui dénommée combe de la Seguera, se trouvent certains des vestiges les plus intéressants laissés par les premiers habitants de ces terres. Diverses grottes et cavernes creusées dans les falaises qui entourent la vallée furent utilisées pour y édifier des demeures rustiques.
 
C'est à partir du début de l'âge du fer que le plateau d'Olèrdola présente un habitat stable et organisé au niveau urbanistique.
 
La première fortification connue fut construite entre les VIIIe et VIIe siècles av. J.-C. Dès lors, diverses civilisations s'y sont succédées avec des périodes d'occupation et d'abandon. Du IVe au IIe siècles av. J.-C., le peuple ibère des Cossetans s'y est établi, mettant à profit la muraille antérieure.
 
À la fin du IIe siècle av. J.-C., les romains installèrent à Olèrdola un détachement militaire. Ils élevèrent une grande muraille et un beffroi dans la partie la plus haute pour contrôler le territoire et la Via Heraclea – ultérieurement Via Augusta. Aujourd'hui, des différences notoires sont perceptibles entre la partie inférieure de la muraille, d'environ trois mètres de haut, de l'époque romaine et la partie supérieure de l'époque médiévale. La grande citerne ou réservoir central date également de l'époque romaine. Suite à la pacification des peuples ibères, la présence de la garnison romaine devint superflue et l'endroit fut abandonné.
 
Un millénaire plus tard, à l'époque médiévale et à partir du IXe siècle, Olèrdola jouera à nouveau un rôle de premier plan dans le contrôle et le repeuplement des territoires de la Catalogne méridionale. Le premier document à mentionner le nom d'Olèrdola date de 950. C'est alors qu'apparaît Mir Geribert, prince d'Olèrdola, qui en viendra à affronter le comte de Barcelone, Ramon Berenguer Ier (1040-1059).
 
Durant cette période, Olèrdola constituait un poste frontalier avancé du territoire chrétien. Peu de vestiges de cette époque ont subsisté : quelques trous pratiqués dans la roche et des silos ou dépôts souterrains pour conserver le grain.
 
En ce qui concerne les constructions en pierre, la muraille romaine a été refaite et a servi à construire l'église et le château. La première église, de style préroman, fut consacrée en 935 et dédiée à l'archange guerrier Saint-Michel et à Saint-Pierre. En 992, une nouvelle église de style roman s´est dressée à côté de la précédente. Le château, adossé au beffroi romain, est un vaste bâtiment d´une seule pièce à l'instar de ce type de constructions des Xe et XIe siècles. En 1108, il fut rasé lors de l'invasion des Almoravides.
 
Près de l'église Sant Miquel et hors de l'enceinte entourée de murailles, sur le plateau d´Els Albats, l'on peut observer diverses tombes de forme humaine creusées à même la roche. Le toponyme reflète l'abondance des enterrements de nouveau-nés (albats) pendant le haut Moyen Âge,même si l´on trouve également des sépultures d'adultes et d'enfants.
 
Le recul de la frontière vers le sud et la pacification du territoire dès le XIIe siècle ont mené Olèrdola sur la voie de la décadence. Le déplacement progressif de la population vers des terres plus basses entraînera l'abandon définitif entre les XIIIe et XIVe siècles, avec des occupations ponctuelles dans les moments d'instabilité.

Activités


Le parc d'El Garraf et le parc d'Olèrdola offrent aux visiteurs tout un réseau d'équipements et de services d´utilité publique créés pour satisfaire la curiosité de ceux qui aspirent à mieux connaître cet intéressant patrimoine naturel et culturel.
 
Ce réseau offre un vaste éventail de centres d'information, d'équipements et de programmes liés à l'archéologie, à la pédagogie, à l'histoire, à l'art, à l'astronomie ou à la gastronomie qui sont en outre complétés par une série d'expositions, des documents audiovisuels, des ateliers, des cours, des conférences et des séjours environnementaux fondamentalement intégrés au programme «Vivre le parc» et à la programmation annuelle de chaque équipement.
 
Par ailleurs, ce vaste choix d'activités comprend également une série de randonnées balisées (petites et grandes) ainsi que des itinéraires guidés les fins de semaine, en plus d´itinéraires adaptés à des personnes à mobilité réduite. Ainsi, les deux parcs disposent d'équipements et de programmes pédagogiques destinés aux écoles et associations («À la découverte de nos parcs») ainsi qu'aux personnes qui souhaitent collaborer à des actions de volontariat (à travers le Cercle des amis des parcs naturels).
 
Toutes ces informations, détaillées et mises à jour, sont disponibles sur: Agenda du Parc.

Itinéraires


 
Vous trouverez gratification d'information à Itinéraires à pied.

Information


Bureau du parc d´El Garraf et du parc d´Olèrdola. La Pleta
Ctra. de Rat Penat a Plana Novella, km 3,5
08870 Sitges
Tel. +34 935 971 819
Fax + 34 935 970 887
E-mail: p.garraf@diba.cat
Horaires : tous les jours de la semaine, de 10 h à 15 h
Boutique : fins de semaine et jours fériés

Accès pincipaux


Équipements et services


Recommandations


  • Respectez les activités agricoles, forestières et d'élevage : de nombreux habitants du parc pratiquent un métier lié à ces activités.
  • Utilisez le réseau de pistes et de chemins balisés. La circulation de véhicules en dehors des routes et des pistes publiques est interdite.
  • Profitez du parc tout en respectant la diversité du patrimoine naturel et architectural.
  • Réduisez la vitesse de votre véhicule lorsque vous circulez sur les chemins.
  • N'oubliez pas qu'il est interdit de faire du feu dans tout le parc.
  • Ne jetez pas vos déchets n'importe où. Utilisez les poubelles ou les conteneurs du parc ou de la ville où vous vous trouvez.
  • Respectez la flore.
  • Le camping sauvage est interdit.
  • Évitez autant que possible de faire du bruit. Respectez la tranquillité de l'environnement, particulièrement les sites de nidification.
  • N'abandonnez pas les animaux de compagnie et ne capturez aucun animal.
  • Les activités de chasse et de pêche sont réglementées.

interest

Mapa del parque

Mapa de olerdola